SAVOIR-FAIRE|LE BLOG DES PROPRIÉTAIRES
Accueil » Savoir-faire » Remplacement des canalisations : vous allez adorer la chute…

Remplacement des canalisations : vous allez adorer la chute…

par | 7 juillet 2021 | Savoir-faire | 0 commentaires

En copropriété, dans le cadre du remplacement du réseau de plomberie sanitaire, les travaux envisageables diffèrent selon que l’on intervient sur les colonnes d’alimentation en eau ou sur les colonnes d’évacuation. Nombreuses sont les copropriétés qui sont confrontées au remplacement des réseaux de plomberie sanitaire, remplacement entaché d’un affect particulier compte tenu du fait qu’il […]

En copropriété, dans le cadre du remplacement du réseau de plomberie sanitaire, les travaux envisageables diffèrent selon que l’on intervient sur les colonnes d’alimentation en eau ou sur les colonnes d’évacuation.

Nombreuses sont les copropriétés qui sont confrontées au remplacement des réseaux de plomberie sanitaire, remplacement entaché d’un affect particulier compte tenu du fait qu’il est généralement entrepris après des années d’engorgements et de dégâts des eaux divers et variés, sans oublier les insuffisances de pression imputables à la multiplication des appareils sanitaires et des appareils ménagers dans les appartements.

L’état des lieux

La première étape du remplacement des réseaux de plomberie d’un immeuble est de confier à un maître d’œuvre qualifié – généralement un architecte – une mission de diagnostic et de repérage des diverses canalisations de l’immeuble rendue parfois difficile par leur encastrement ou leur dissimulation par les aménagements des cuisines et salles de bains.

Les réseaux de plomberie sont composés de colonnes d’alimentation en eau, dénommées colonnes montantes car l’eau y monte… et de colonnes descendantes ou chutes car l’eau y descend. Les appartements en comportent généralement plusieurs desservant les cuisines, les salles de bains et les toilettes et elles sont généralement implantées de manière contiguë à l’intérieur de ces pièces humides.

A l’origine, les colonnes montantes d’alimentation en eau étaient réalisées en plomb. Or, les copropriétés ont l’obligation légale de les remplacer par des colonnes généralement en cuivre dans le cadre de la lutte contre le saturnisme.

Quant aux colonnes descendantes, elles sont généralement en fonte à l’exception de quelques éléments particulièrement anciens qui sont en grés.

Changement des colonnes d’alimentation

Il est généralement impossible de modifier l’implantation des colonnes descendantes compte tenu de leur diamètre important et de leur implantation à proximité directe des appareils sanitaires et des appareils ménagers. Mais on peut bien entendu les remplacer en les maintenant à leur emplacement d’origine.

Concernant le remplacement des colonnes d’alimentation en eau, deux solutions sont généralement étudiées.

La première consiste au remplacement des colonnes d’alimentation à leur position d’origine. Si elle présente l’avantage d’occasionner des travaux moindres, cette solution suppose, en cas de fuite, d’interrompre l’alimentation de l’ensemble d’une colonne sur la totalité des étages de l’immeuble.

La deuxième solution possible consiste à mettre en place des colonnes uniques de diamètre plus important sur les paliers, équipées de vannes d’arrêt. Cette option permet d’isoler les différents appartements en cas de fuite, mais elle impose de procéder à la redistribution complète des réseaux à l’intérieur des appartements et à la création de gaines techniques menuisées destinées à dissimuler ces colonnes peu esthétiques.

Les colonnes montantes et descendantes étant des parties communes, leur remplacement doit être voté lors d’une assemblée générale et les frais afférents sont pris en charge par la copropriété, à l’exception des travaux privatifs devant être réalisés dans les appartements dans le cadre de ces travaux.

Travaux dirigés

Assurer la direction de travaux de réfection des réseaux de plomberie sanitaire d’un immeuble suppose de faire preuve de beaucoup de disponibilité et de compréhension des diverses situations auxquelles sont confrontées les résidents compte tenu du fait que l’on intervient à l’intérieur même de leurs appartements.

Aucune position de principe ne doit être imposée par le maître d’œuvre s’il existe une solution alternative permettant d’assurer une meilleure sauvegarde des existants,

notamment en ce qui concerne la position des nouvelles canalisations. Difficile en effet de justifier la dépose d’une cuisine ou la destruction d’un panneau en marbre s’il est possible de faire autrement. Par ailleurs, il est souvent préférable d’abandonner à son triste sort une canalisation en plomb encastrée dans une paroi – rien ne l’interdit si l’eau n’y circule plus – et de procéder à la mise en place d’une colonne apparente plutôt que de démolir cette paroi.

Encore une fois, comme cela est toujours le cas en matière de travaux au sein d’une copropriété, souplesse et diplomatie accompagnées de pédagogie devront être privilégiées pour apporter aux copropriétaires ce qu’ils attendent avant tout, à savoir des travaux d’un coût acceptable exécutés dans des délais raisonnables et engendrant des nuisances réduites au minimum.

Et quel plaisir sera le leur de se savoir à l’abri des dégâts des eaux durant de nombreuses années et de pouvoir bénéficier du confort d’une installation moderne et conforme aux normes en vigueur sans redouter les baisses de pression (douche ou vaisselle, il faut choisir…), les nuisances sonores (le coup de bélier de quatre heures du matin lié à une surpression lorsque le voisin du dessus prend sa douche…) et les aléas divers imputables aux installations anciennes.

Pour conclure, nous attirons votre attention sur la nécessité de ne pas attendre la survenue de sinistres récurrents pour programmer l’exécution de ce type de travaux qui est inéluctable. Le report de ces travaux n’entraînera que problèmes et désagréments, sans oublier les risques réels de résiliation du contrat d’assurance de l’immeuble auxquels sont confrontées les copropriétés après un certain nombre de sinistres, les assurances ayant au moins autant horreur des indemnisations à répétition que la nature a horreur du vide…

Avez-vous apprécié cet article ?

Cliquez sur les étoiles !

Note moyenne 4 / 5. Nombre de votes : 4

Pas encore noté, soyez le premier à donner votre avis.

Vous avez trouvé cet article intéressant !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

Vous aimerez aussi ces articles

Chantier : éviter la crise

Chantier : éviter la crise

Pour se protéger en cas de désaccord avec un maitre d’œuvre ou une entreprise lors d’un chantier, quelques règles simples peuvent être appliquées. Rares sont les adhérents qui demandent à me...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

logo blog des propriétaires cpgp unpi
01 47 05 30 99
72-76 rue de Longchamp 75116 PARIS
contact@cpgp.paris
logo blog des propriétaires cpgp unpi
01 47 05 30 99
72-76 rue de Longchamp 75116 PARIS
contact@cpgp.paris
logo blog des propriétaires cpgp unpi
01 47 05 30 99
72-76 rue de Longchamp
75116 PARIS
contact@cpgp.paris